Aménorrhée (absence de règles)

Aménorrhée (absence de règles)

amenorrhee

La non apparition des règles chez la jeune fille (aménorrhée primaire) ou la disparition des menstruations (aménorrhée secondaire) chez la femme (en dehors de la ménopause) sont des éventualités relativement fréquentes.

De 2 % à 5 % des femmes seraient touchées par l’aménorrhée. Il s’agit d’un symptôme dont il est important de connaître la cause. L’absence de règles est tout à fait naturelle lorsque, par exemple, la femme est enceinte, allaite ou approche de la ménopause. Mais en dehors de ces situations, elle peut être un signe révélateur d’un stress chronique ou encore d’un problème de santé comme l’anorexie ou d’un trouble de la glande thyroïde.

Causes de l’absence de règles

Un stress psychologique important (changement brutal de mode de vie, perte d’un proche) peut entraîner un retard, voire l’arrêt total des règles.

La grossesse : Cause la plus fréquente d’aménorrhée secondaire, elle doit être la première suspectée chez une femme sexuellement active. Étonnamment, il arrive souvent que cette cause soit écartée sans vérification préalable, ce qui n’est pas sans risque. Certains traitements indiqués pour traiter l’aménorrhée sont contre-indiqués en cas de grossesse. Et avec les tests accessibles dans le commerce, le diagnostic est simple

La prise d’une contraception hormonale. Les « règles » qui surviennent entre 2 plaquettes de pilules ne sont pas des règles liées à un cycle ovulatoire, mais des saignements de « privation » à l’arrêt des comprimés. Certaines de ces pilules diminuent les saignements qui, parfois, au bout de quelques mois ou quelques années de prise, peuvent ne plus se produire.

La pratique d’une discipline ou d’un sport exigeant comme le marathon, le culturisme, la gymnastique ou le ballet professionnel. L’« aménorrhée de la sportive » serait attribuable à l’insuffisance de tissus gras ainsi qu’au stress auquel le corps est soumis. On observe un manque d’œstrogènes chez ces femmes. Il peut aussi s’agir pour le corps de ne pas gaspiller inutilement de l’énergie puisqu’il subit souvent une diète pauvre en calories. L’aménorrhée est de 4 à 20 fois plus fréquente parmi les athlètes que dans la population générale.

Traitements médicaux de l’aménorrhée

Dans la majorité des cas, aucun traitement médical n’est nécessaire. Avant de prescrire un traitement, il est impératif de trouver la cause de l’aménorrhée, de traiter la maladie sous-jacente s’il y a lieu et d’obtenir un soutien psychologique en cas de besoin. Le dosage des hormones sexuelles est parfois suggéré si le médecin soupçonne une maladie endocrinienne.

L’application des mesures préventives mentionnées précédemment permet le retour des menstruations chez plusieurs femmes :

– alimentation saine;
– maintien du poids santé;
– gestion du stress;
– modération dans la pratique d’exercices physiques.

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article, pour recevoir les autres, rejoignez-nous sur : Facebook
Aidez nous: Merci de partager si vous aimez!

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article, pour recevoir les autres, rejoignez-nous sur : Facebook
Merci de partager si vous aimez!


Si vous avez trouvé cet article intéressant, Partagez le. Merci!

Commentaires

Commentaires

Aidez nous à nous améliorer!

Aimez notre page Facebook SVP. Merci.!