Contrefaçon de médicaments : attention danger !

Contrefaçon de médicaments : attention danger !

Contrefaçon de médicaments : attention danger !
Un faux médicament, c’est quoi ?

C’est une copie non conforme d’un médicament original. Soit le produit ne contient pas de principe actif, soit il est sous ou sur dosé, soit il est périmé ou altéré par de mauvaises conditions de stockage ou de transport, soit il renferme des excipients pouvant être extrêmement dangereux… De l’antigel a été décelé dans des sirops, de la mort aux rats, des poussières de peinture, du mercure… Au mieux, le médicament contrefait sera inefficace, au pire, il entrainera de graves complications comme des intoxications aigues, voire la mort.

Contrefaçon de médicaments : les pays pauvres les plus touchés

Faute de pouvoir accéder à des médicaments de qualité vendus trop chers, le problème de la contrefaçon est majeur dans les pays les plus pauvres où des circuits parallèles se développent. Dans certaines régions d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, les faux médicaments représentent jusqu’à 30% des molécules commercialisées. Pour le Pr Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses, « C’est l’un des trafics les plus rentables et des plus tragiques car, outre les ravages sur la santé, il touche les plus démunis. C’est la double peine ». En Europe, 77 millions de personnes ont déjà acheté un médicament illégal.

Médicrime, pour punir la fraude

Pour lutter contre ce trafic, une convention, Médicrime, a été signée en 2010 au niveau international. Elle est entrée en vigueur dans 5 pays depuis le 1er janvier dernier. « C’est un grand pas en avant, estime le Pr Gentilini. Il faut prendre les trafiquants à la source, dans les pays producteurs qui dominent le marché mondial comme la Chine et l’Inde qui produisent vrais et faux médicaments en même temps. Mais il faut aussi sensibiliser les populations locales au fait que le médicament de la rue tue ! »

62% de faux médicaments sur internet

Autre risque : internet. Selon l’Institut international de recherche anti contrefaçon de médicaments (Ircam), 62% des médicaments achetés sur la toile seraient des faux. En France, depuis 2013, les pharmacies ont le droit de vendre en ligne les médicaments disponibles sans ordonnance, soit plus de 4500 produits (contre le rhume, la fièvre, la douleur, etc.) accessibles en un clic. Si seulement 2% des pharmacies françaises ont reçu une autorisation de ventre en ligne, cette solution a déjà séduit 13% de Français.

10 conseils avant d’acheter

  • Achetez sur des sites autorisés : ils doivent mentionnés les coordonnées de l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm), le lien vers le ministère de la Santé et l’Ordre national des pharmaciens.
  • Consultez la liste officielle : les pharmacies françaises autorisées à vendre sur internet sont recensées sur  htpp//: www.ordre.pharmacien.fr/ecommerce/search .Une adresse « .fr » n’est pas une garantie, certains noms sont usurpés.
  • Cherchez le logo : ilreprésente une croix blanche sur un fond vert et doit être apposé sur le site de toutes les officines en ligne de l’Union Européenne. Il suffit de cliquer dessus pour être dirigé vers le site de l’autorité nationale compétente.
  • Méfiez-vous des prix attractifs et des fausses promesses : le pharmacien ne doit faire ni promotion ni publicité et le prix des médicaments en ligne doit s’aligner sur celui de la pharmacie, un prix trop bas est anormal. Très demandés, les produits pour maigrir, dormir, stimuler les fonctions érectiles… sont souvent inefficaces et certains n’ont pas d’Autorisation de mise sur le marché.
  • Vérifiez les informations : indications, contre-indications, précautions d’emploi, posologie doivent être mentionnées.
  • Identifiez les produits : des médicaments vendus sur ordonnance ne peuvent pas être en vente libre, c’est interdit en France.
  • Traquez les signes douteux : fautes d’orthographe, informations en langues étrangères, caractères bizarres doivent inciter à la méfiance.
  • Règlez avec un moyen de paiement sécurisé.
  • Ouvrez l’oeil jusqu’au bout : à réception du médicament, vérifiez son emballage, ses étiquettes et sa provenance.
  •  Lisez la notice : l’automédication n’est pas sans risque, respectez bien les informations fournies et ne prenez pas plusieurs médicaments sans l’avis de votre médecin.

Source: http://www.e-sante.fr

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article, pour recevoir les autres, rejoignez-nous sur : Facebook

Aidez nous: Merci de partager si vous aimez!

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article, pour recevoir les autres, rejoignez-nous sur : Facebook
Merci de partager si vous aimez!


Si vous avez trouvé cet article intéressant, Partagez le. Merci!

Commentaires

Commentaires

Aidez nous à nous améliorer!

Aimez notre page Facebook SVP. Merci.!